Le format week-end F1 à nouveau sous le feu

La Formule 1 a toujours été un sport en évolution depuis sa création en 1950. À l’époque, les règles de conception des voitures étaient minimales et pouvaient être écrites sur une carte postale. Aujourd’hui, nous avons un tome FIA ​​de 52 pages réglementant à lui seul le nouveau règlement financier de la F1. Pourtant, la F1 est en mauvaise santé à l’heure actuelle, bien que ceux qui dirigent le sport aient de quoi envisager de s’améliorer.

Le calendrier F1 est actuellement sous le microscope compte tenu de l’engagement de la FIA à atteindre une empreinte carbone nette nulle en moins d’une décennie. Ce week-end, l’instance dirigeante de la F1 a révélé qu’elle essaierait de mieux régionaliser les courses et de réduire l’entrecroisement de la planète avec une flotte de gros porteurs et des centaines de tonnes de fret.

Le format Sprint sous le feu

L’événement de ce week-end au Brésil voit un retour du format sprint, où les qualifications ont lieu le vendredi, suivies d’une course de sprint d’un tiers de distance le samedi avant le GP complet comme d’habitude le dimanche.

Compte tenu de la mauvaise qualité des courses de soutien au Brésil, le format du week-end de sprint offre au promoteur la possibilité de vendre des billets aux fans pour une action compétitive de F1 sur chacun des 3 jours du week-end.

Cependant, le format n’est pas universellement apprécié dans le paddock, Max Verstappen menant la critique ce week-end à partir des interviews qu’il a données jeudi.

Le sprint a été introduit en 2021 et programmé sur 3 week-ends pendant la saison. Pourtant, avec seulement 3 points offerts au vainqueur, les 2e et 3e recevant respectivement 2 et 1 point, les meilleurs pilotes n’étaient guère incités à risquer beaucoup dans la courte course du samedi, étant donné que les gros points ont été distribués dimanche.

Ajustements de format requis

La FIA a cherché à rectifier cela pour 2022 en attribuant 8 points pour la victoire et 7-6-5-4-3-2-1 pour les classements mineurs. Cependant, même cela ne semble pas avoir incité les pilotes de tête à prendre le sprint au sérieux.

Pour 2023., la FIA a prévu de doubler le nombre de week-ends de sprint de 3 à 6, mais les experts de la F1 pensent que davantage doit être fait.

Une suggestion est de faire des épreuves de sprint une compétition autonome où les points ne comptent pas pour le championnat des pilotes ou des constructeurs. Martin Brundle pense que cela ne changera pas grand-chose, “Ouais exactement, s’il n’y a que les premiers points à gagner.”

“Nous devons établir à quoi sert le sprint. Est-ce un tremplin pour le week-end, est-ce un événement autonome, un championnat, ou quoi d’autre ?”

Evolution F1 requise

Brundle reconnaît que la F1 doit parfois évoluer comme elle l’a fait avec son format de qualification sur plusieurs années.

“Ces discussions doivent avoir lieu. Je ne suis pas contre le changement. Je pense actuellement que le format de qualification que nous avons maintenant est parfait et nous y sommes arrivés parce que nous étions prêts à faire quelques changements.”

“Nous pouvons affiner le sprint.”

Comme déjà suggéré, il y a une raison d’être importante pour le sprint qui est d’aider les promoteurs de F1 à vendre des billets pour le vendredi lors d’événements qui ne se vendent pas. Pourtant, il y a quelque chose dans les week-ends de F1 où chaque jour comprend une action compétitive sur piste des pilotes et des voitures de F1.

“Personnellement, j’aime bien qu’il s’agisse d’une qualification le vendredi, d’un sprint le samedi et d’un grand prix le dimanche sur certaines épreuves, un format différent”, ajoute Brundle.

Un troisième format de week-end F1

Suggérant que d’autres initiatives pourraient être introduites, Brundle a ajouté : “Peut-être que nous pouvons également avoir un troisième format tout au long de la saison et en garder un classique ou traditionnel.

“Nous devons être ouverts d’esprit, mais nous ne pouvons pas continuer à changer les choses sans structure et établir à quoi cela sert réellement.”

La raison du sprint est en effet établie et nombre de pilotes ce week-end ont exprimé l’avis que trois séances d’essais étaient excessives.

Le problème avec la course courte du samedi est la nature processionnelle de l’événement où les dépassements sont limités et un seul jeu de pneus est utilisé du début à la fin.

Plus de danger pourrait être introduit dans le sprint en obligeant les équipes à faire un arrêt au stand obligatoire comme dans le GP complet et en augmentant les points attribués à environ 50% pour la course du dimanche.

LIRE LA SUITE : Les tergiversations de Steiner révèlent le dilemme de Haas

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *