John Jackson reviendra-t-il derrière le volant en NASCAR ?

John Jackson a effectué 52 départs entre la série NASCAR Xfinity, la série NASCAR Camping World Truck et la série ARCA Menards.



La majorité des départs de Jackson ont eu lieu au volant de camions ou de voitures alignés par l’équipe de Mario Gosselin, DGM Racing, et l’équipe de Carl Long, MBM Motorsports. Une chose notable à propos de Jackson est que ses voitures avaient généralement l’avocat James Carter en tant que sponsor.

Maintenant, Jackson peut être vu dans le garage, courir et essayer d’obtenir la prochaine chose dont MBM a besoin pour ses voitures Xfinity.


Étirement avantJared Haas a rencontré Jackson au Homestead-Miami Speedway. Vous pouvez regarder l’interview sur YouTube ou lire la transcription de la conversation ci-dessous.

Jared Haas, Étirement avant: Quand votre intérêt pour la course a-t-il commencé ? Parce que vous étiez sur un tout autre continent.


Jean Jackson : Quand je suis né et que j’ai grandi en Écosse, j’aimais courir et j’allais regarder mon père, regarder mes amis courir. C’était une sorte de quelque chose qui était dans mon sang et j’ai apprécié ça. C’était très amusant.

[I] a déménagé aux États-Unis [and] créé une entreprise et avait besoin de gagner de l’argent. De toute évidence, la course coûte cher, il m’a donc fallu un peu de temps pour comprendre. Lorsque nous avons fait des courses de stock pur au DeSoto Speedway, c’était très amusant. Je voulais aller plus vite, [so I] nous a obtenu un modèle en retard, est allé plus vite et a en quelque sorte progressé de là à là.

Maintenant, j’ai attrapé le bug, donc tout va bien. Je ne me suis pas beaucoup amusé. Je ne sais pas si je vais être de retour dans le siège derrière le volant. Mais c’est amusant de faire ce que je fais maintenant, parce que je fais en quelque sorte partie d’une situation plus vaste dans laquelle nous pourrions recruter des pilotes plus jeunes et faire avancer le développement.

Haas : Quand avez-vous déménagé aux États-Unis ?


Jackson : Je suis ici depuis 35 ans. C’était quand j’étais un petit whippersnapper.

Haas : L’un de vos premiers départs en stock-cars a été en ARCA avec Mario Gosselin. Comment avez-vous connu Mario Gosselin ?

Jackson : Eh bien, Mario [Gosselin] utilisé pour courir des modèles récents, et il [used to race in] la Coupe Pro Hooters [Series]. Il était à une heure de chez moi, donc c’était juste un autre coureur de Floride.

Nous avons des amis, et il a eu deux enfants, et mes enfants ont à peu près le même âge. Quand c’était mon week-end pour m’occuper des enfants, nous allions au magasin de courses et les enfants jouaient. Ils faisaient du karting et s’amusaient avec les enfants de Mario, alors ils ont tous grandi ensemble.

Et puis Mario m’a un peu aidé avec les derniers modèles. Nous avons juste en quelque sorte progressé; nous avons des voitures ARCA, [and] nous avons des camions. Nous avons fait un peu de courses de camions. C’était amusant.

Haas : L’un des autres partenaires qui vous a aidé tout au long de votre carrière, c’est sur votre maillot, c’est James Carter. Comment avez-vous fait la connaissance de James Carter et comment l’avez-vous également impliqué dans la course ?


Jackson : James et moi sommes amis depuis longtemps. Il est de ma ville, donc nous sommes locaux. On traîne et on fait des trucs ensemble. Il a également couru au DeSoto Speedway, nous avons donc eu une longue relation. Il m’accompagne depuis que j’ai commencé.

[Carter is a] mec super sympa. Chaque fois que vous avez un problème, il est plus qu’heureux de vous aider. Il est toujours là pour moi quand j’ai besoin de quelque chose. Bon gars à avoir à mes côtés.

Haas : Quel est un moment de course, même dans la série inférieure, que vous souhaiteriez pouvoir changer ? Évidemment, vous ne pouvez pas tenter les dieux de la course, mais quel moment voudriez-vous changer ?

Jackson : Eh bien, je me suis beaucoup amusé à faire rouler des modèles tardifs localement, mais c’était juste plus amusant quand nous sommes arrivés sur les plus grandes pistes pour aller beaucoup plus vite.


Je pense que la seule chose que j’aurais aimé était la course [2008 ARCA race] à Talladega [Superspeedway] alors que nous menions avec environ trois ou quatre à faire. Nous avons eu un pneu crevé. C’était dur. Nous avons recommencé la course plusieurs fois et avons mené la course pendant longtemps. C’était amusant, mais c’est comme ça. Vous savez, parfois, les choses arrivent pour une raison.

Haas : Que considérez-vous comme votre plus grande réussite en course ?

Jackson : Je ne sais pas si j’ai vraiment un souvenir spécifique qui soit mon plus grand. j’apprécie [racing]amener les gens à l’hippodrome [and] s’amuser. Laissez venir les gens qui n’ont jamais été dans les coulisses du garage, assis sur le stand et faisant des trucs amusants. Cela me donne de la joie de voir d’autres personnes avoir de la joie qui ne peuvent pas venir faire cela.


Haas : Vous avez dit que vous n’aviez pas pris le volant depuis un moment. Que faites-vous spécifiquement avec MBM Motorsports le week-end ?

Jackson : je fais un peu de tout [from] organiser la nourriture pour les gars, faire fonctionner les pneus, faire le travail des pneus, donc juste bousculer. [I’m] faire tout ce qu’il faut pour que tout fonctionne. Parfois, nous proposons des sponsors.

Pour ce qui est de se remettre derrière la selle, je ne sais pas. La concurrence est assez rude maintenant. C’est dur. J’ai fait tout cela parce que c’était un passe-temps pour moi, pas parce que je voulais être pilote de course ou faire carrière. Mais, c’était juste amusant à faire. Je suis pour le plaisir. Nous ne sommes pas là pour toujours. On ne nous promet pas demain. Profitez au maximum de la journée.


Haas : Évidemment, vous n’avez aucun intérêt à reprendre le volant. Mais une chose que je dois demander, c’est, disons que Carl Long vous soutiendrait pleinement en vous laissant derrière le volant et qu’il vous laisserait choisir un circuit sur lequel vous voulez courir et que vous n’avez pas visité, que choisiriez-vous ?

Jackson : J’ai eu beaucoup de plaisir à faire les courses sur route. J’ai fait un peu de Mid-Ohio [Sports Car Course]. J’ai fait Road America plusieurs fois. J’ai testé un peu à Watkins Glen [International]. Les parcours sur route sont très amusants.

Mais, je pense que Talladega [and] Daytona [International Speedway] sont probablement les plus amusants parce que c’est le jeu de n’importe qui. C’est juste difficile de survivre à la course jusqu’à la fin.


La dernière fois que j’ai couru à Daytona, nous avons roulé à l’arrière en pensant, eh bien, nous attendons le gros, et cela ne s’est jamais produit. Il était temps de partir, nous sommes entrés dans le repêchage et nous sommes entrés dans le mix. C’était très amusant.

Je ne pense pas vraiment qu’il y ait une piste de course particulière qui [I] serait comme, ‘Hé, c’est sur ma liste de seau, et je dois y aller.’ J’aime juste aller et le faire. Le simple fait d’avoir l’occasion de le faire ici et là est génial. Il n’y a que 38 gars [in the Xfinity Series] qui peut le faire le week-end, et j’ai été l’un d’eux pendant un petit moment.


Partagez cet article

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *