Douglas Ryder de Q36.5 Pro Cycling Team obtient PEZ!

Entretien du chef d’équipe : Douglas Ryder était l’homme derrière les équipes MTN, NTT, Nexthash et Dimension Data WorldTour, qui étaient toutes connectées à la Qhubeka Charity qui aide les enfants en Afrique à monter à vélo pour se rendre à l’école et changer leur vie. L’année dernière, il était sans sponsor principal, mais pour 2023, il est de retour avec l’équipe cycliste Q36.5. Ed Hood en apprend plus sur Doug Ryder.

Nous l’avons entendu tant de fois; l’équipe perd le sponsor et se couche – “Nous mettons un an à nous regrouper mais nous reviendrons la saison suivante”, ils disent. Malheureusement, cela arrive très rarement. Mais Douglas Ryder est fait d’étoffes sévères; son équipe Nexthash Qhubeka World Tour s’est repliée fin 2021, mais l’équipe a persévéré au niveau continental tout au long de cette année, participant au Tour de Grande-Bretagne dans le cadre d’un programme solide. Et la bonne nouvelle est que pour 2023, son équipe remontera les divisions vers ProTeam avec sa nouvelle Q36.5 Pro Cycling Team. Nous avons rencontré Douglas récemment pour entendre son histoire.

ryder

PEZ : Comment t’es-tu retrouvé dans le cyclisme, Douglas ?
Doug Ryder :
Mon oncle pratiquait le cyclisme et lorsque j’ai fait mon service militaire, il y avait une culture cycliste au sein des forces. Il y avait des équipes professionnelles sud-africaines mais elles n’étaient pas autorisées à concourir au niveau international ; ce n’est que lorsque Nelson Mandela est devenu président que nous avons pu courir au niveau international. Les Jeux olympiques de 1992 à Barcelone ont été notre première participation aux Jeux ; J’ai participé aux Jeux de 1996 à Atlanta.

PEZ : À quoi ressemblait la scène cycliste en RSA ?
Il y avait beaucoup de courses, des courses par étapes courtes et le célèbre Rapport Tour qui était essentiellement un Tour d’Afrique du Sud et attirait de bons noms, bien qu’ils n’étaient pas censés participer à des courses non approuvées par l’UCI, ils ont donc pris des noms d’emprunt. Sean Kelly et Pat McQuaid ont roulé et sont tombés sous le coup de l’administration, perdant leur chance de participer aux Jeux olympiques de Moscou.

ryder

PEZ : Votre première équipe en tant que pro était, “Sécurité des forces de paix”?
C’était une équipe sud-africaine, l’entreprise faisait de la sécurité à domicile, des gardes armés ce genre de choses. Le coureur britannique, Keith Reynolds a roulé avec nous et nous avions comme manager la légende du cyclisme sud-africain, Alain Van Heerden.

PEZ : Ensuite, vous avez roulé pour des équipes américaines ?
Oui, Plymouth – c’est arrivé quand j’ai rencontré Malcolm Elliott et Simeon Hempsall lors d’une course au Cap ; ils roulaient aux États-Unis pour LA Sheriffs à ce moment-là – ils m’ont fait les présentations. J’étais dans l’équipe avec votre compatriote écossais Brian Smith et j’ai fait le Tour Dupont avec Plymouth.

ryder

PEZ : Puis retour en Afrique du Sud avec IBM-Lotus et Microsoft ?
Beaucoup d’équipes américaines se sont repliées après les Jeux olympiques de 1996, les Jeux ont été le summum et il y a eu une pause après cela. Je travaillais avec Lotus Computers en RSA et nous avons créé une équipe, je suis entré dans la gestion de l’équipe et ce fut le début de mon voyage pour emmener une équipe sud-africaine au Tour de France en 2015. J’ai alors décidé en les années 1990 que je voulais créer une équipe qui mettait en valeur les talents africains – et nous y voilà, toujours en cours.

PEZ : Comment la connexion avec Qhubeka est-elle née ?
J’ai rencontré un gars appelé Anthony Fitzhenry pendant mon temps dans l’informatique, son rêve était que chaque école en Afrique ait accès à un ordinateur, mais ce qu’il a réalisé, c’est que le principal facteur inhibiteur dans la majeure partie de l’Afrique était le manque de mobilité, il est donc passé d’être un ‘Le gars de l’informatique’ à un ‘mec à vélo.’ Nous travaillons ensemble et jusqu’à présent, 105 000 vélos ont été donnés à des écoliers et à des travailleurs clés à travers la République d’Afrique du Sud et le continent sud-africain.

ryder

PEZ : Vous avez ‘rebondi’ de passer de WorldTour à Continental puis de remonter à ProTeam – pas de truc facile à réussir.
Ça a été une période difficile, c’est difficile quand vous ne pouvez pas collecter de fonds non seulement pour vos coureurs mais aussi pour votre personnel ; mais nous y sommes – et notre voyage n’est pas encore terminé. J’ai eu la chance de rencontrer certaines personnes. . .

PEZ : Q36.5 ?
Représente la recherche – ‘rechercher’ en latin. 36,5° en centigrades est la température d’un corps sain. L’entreprise a été lancée à l’été 2013 par Luigi Bergamo et sa femme Sabrina Bergamo Emmasi, qui cumulent plus de 40 ans d’expérience dans le domaine des vêtements de cyclisme haute performance. Nous nous sommes réunis avec eux et avons le même agenda, soucieux de l’environnement et ayant pour mission de “Courir le futur” – permettant à l’équipe de fonctionner comme un laboratoire de recherche et un vecteur de changement, visant à redéfinir l’avenir du sport et son impact sur le monde. D’autres de nos sponsors, comme Mercedes, nous sont restés fidèles et bien que nous ne l’ayons pas encore annoncé, nous avons un sponsor moto haut de gamme à bord.

ryder

PEZ : ‘Le requin’ en tant que conseiller technique et ambassadeur de la marque Q36.5 ?
Vincenzo Nibali est un gars incroyable, il est l’un des rares à avoir remporté tous les Grands Tours mais il a aussi remporté des Monuments ; Milan-Sanremo et la Lombardie. L’équipe a une forte connexion italienne, notre équipe continentale avec nos coureurs africains est basée à Lucca ; Vincenzo veut rester impliqué dans le sport et trouve que notre équipe est un projet intéressant. Son apport à la formation de nos jeunes coureurs sera inestimable.

PEZ : Y aura-t-il encore une connexion Qhubeka ?
Il y en aura toujours tant que je respirerai ! Après cet entretien, je pars au Cap dans mon rôle d’ambassadeur de Qhubeka, aidant à sensibiliser et à collecter des fonds pour l’organisation.

ryder

PEZ : Parlez-nous de votre effectif pour 2023.
Nous avons signé beaucoup de bons gars; des coureurs comme Jack Bauer, Gianluca Brambilla, Tom Devriendt – qui a terminé quatrième de Paris-Roubaix cette saison – Joey Rosscopf. . . Et nous avons de bons jeunes coureurs qui sont en train de monter. La culture de l’équipe est plus que cela, ‘avoir l’air bien en Lycra;’ Gianluca Brambila m’a dit qu’il a toujours voulu faire partie de l’équipe parce que c’est plus qu’une question de résultats.

ryder

PEZ : Parlez-nous de Douglas Ryder, l’homme.
J’ai tendance à garder ma vie privée tranquille mais j’ai eu 51 ans le 26 novembre, je suis marié depuis 23 ans et j’ai trois enfants, un garçon de 18 ans et des jumelles à 16 ans. Je vis aux Pays-Bas pour être proche de l’équipe mais j’ai toujours mes liens avec l’Afrique du Sud où j’ai deux frères. Je n’ai pas beaucoup de temps à la maison, je suis souvent sur la route. Construire la nouvelle équipe a été un gros engagement. Pour éteindre j’aime lire; aventure, drames de salle d’audience et autobiographie – quand j’ai le temps. . .

# Nous avons hâte de revoir l’équipe africaine dans le vif du sujet en 2023. #

q36.5

Comme PEZ ? Pourquoi ne pas vous abonner à notre newsletter hebdomadaire pour recevoir des mises à jour et des rappels sur ce qui est cool dans le cyclisme sur route ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *