Pat Symonds sur le grand défi auquel la F1 sera confrontée en 2026 avec la nouvelle réglementation moteur : PlanetF1

Le directeur technique de la F1 a énuméré ce qui, selon lui, sera le plus grand défi alors que le sport se prépare à une refonte de la réglementation des moteurs en 2026.

Avec un gel du développement des moteurs jusqu’en 2026, les fournisseurs de groupes motopropulseurs se préparent actuellement à un changement monumental en termes de réglementation qu’ils doivent respecter.

À partir de 2026, les moteurs seront plus respectueux de l’environnement avec un carburant entièrement durable, ils auront trois fois la puissance électrique des moteurs actuels et ils seront surtout moins chers avec le coûteux MGU-H interdit.

Le dernier point en particulier a ouvert la porte à toute une série de participants potentiels en Formule 1, Audi ayant confirmé sa place à la fois en tant qu’équipe et fournisseur de moteurs, tandis que la société sœur Porsche travaille également sur une voie vers la grille.

Il existe actuellement quatre fournisseurs de groupes motopropulseurs sous la forme de Mercedes, Red Bull Powertrains, Renault et Ferrari et chacun devra surmonter les défis posés par la nouvelle réglementation.

Un homme qui connaît très bien la nature exacte de ces défis est l’ancien homme de Renault et Williams Pat Symonds qui travaille maintenant sur le côté technologique de la F1.

Dans une interview avec Auto Motor und Sport, il a souligné les domaines qui, selon lui, poseront le plus de défis aux fournisseurs.

“Le grand défi est de ne pas submerger les équipes”, a déclaré le joueur de 69 ans. “Le grand enjeu en 2026 sera la gestion de l’énergie. C’est pourquoi nous devons améliorer l’aérodynamisme. Nous devons être raisonnables à ce sujet. C’est facile pour nous d’exiger quelque chose, mais les équipes doivent le construire. Certaines choses doivent être faites, cependant.

“Nous avons défini le groupe motopropulseur de telle manière qu’il devient très difficile de gérer l’énergie. Cela nous oblige à un châssis avec peu de traînée. Nous avons donc besoin d’une sorte d’aérodynamique active et de voitures plus petites. Nous avons fixé des objectifs là-bas.”

Alors que des travaux sont déjà en cours en préparation pour 2026, Symonds a admis que certains domaines devaient d’abord être définis, en particulier en ce qui concerne les dimensions des voitures 2026.

“L’empattement sera plus court”, a-t-il déclaré. “Nous le voulions déjà cette année, mais cela n’a été qu’une petite réduction car les équipes craignaient de tout installer dans la voiture. Maintenant, nous savons que nous pouvons le faire avec une voiture plus courte et plus étroite.

“Nous devons prendre ces décisions rapidement. Les ingénieurs travaillent déjà à plein régime sur leurs moteurs. Avant de mettre le turbocompresseur au mauvais endroit, nous avons besoin d’un plan des dimensions de la voiture à l’avenir. Pour que vous puissiez ensuite également mettre la suspension arrière.”

Qui fournira les moteurs en 2026 ?

Avec une nouvelle vague de réglementations, qui, entre autres, réduira considérablement le coût de fourniture des groupes motopropulseurs, de nombreuses marques célèbres ont décidé de s’approprier un morceau de la mine d’or F1.

Voici les fournisseurs confirmés et supposés qui construiront des moteurs pour 2026 et au-delà :

Confirmé

Mercedes – Les Silver Arrows fourniront à nouveau des moteurs pour la saison 2026 depuis leur base de Brixworth, dans le Northamptonshire. Mercedes a d’abord rejoint le sport en tant que fournisseur en 1994 en tant que partenaire de la société britannique Ilmor, mais les a acquis plus tard.

Rebaptisés Mercedes AMG High Performance Powertrains, ils ont fourni Sauber pendant une saison, puis sont passés à McLaren en 1995 pour un partenariat de 20 ans. En 2009, Mercedes a fourni Brawn GP qu’ils acquerront plus tard pour devenir leur propre équipe d’usine.

En 2022, ils étaient le fournisseur le plus populaire avec Aston Martin, McLaren, Williams et eux-mêmes utilisant tous des moteurs construits à Brixworth.

Ferrari – Tout comme ils sont la seule équipe à avoir participé à chaque saison de Formule 1, Ferrari est le seul fournisseur de moteurs à avoir participé à chaque campagne et le fera à nouveau en 2026.

Au fil des ans, ils ont fourni Minardi, Sauber, Red Bull Racing, Force India et Marussia. En 2022, ils se sont fournis ainsi que Haas et Alfa Romeo même si la 066/7 1.6 V6 t s’est montrée capricieuse en matière de fiabilité.

Renault – Renault a commencé à fabriquer des moteurs de Formule 1 en 1976 mais après une période désastreuse avec Red Bull, qui se plaignait d’un manque de performance et acceptait une résiliation anticipée du contrat, leur stock a chuté de façon spectaculaire.

Dès 2022, Alpine (l’équipe d’usine de Renault) est la seule à utiliser les moteurs français mais Renault sera sur la grille en 2026.

Groupes motopropulseurs Red Bull – Face à la perte de Honda en tant que fournisseur de moteurs, Red Bull a choisi de devenir une équipe entièrement indépendante en créant sa propre division d’unités de puissance, Red Bull Powertrains.

Des travaux sont en cours pour que la division soit opérationnelle pour la saison 2026 avec une nouvelle base en cours de construction sur leur site de Milton Keynes. Les saisons 2022 à 2025 verront l’équipe travailler avec Honda pour produire un moteur qui s’appellera Honda RBPT.

Audi – Aux côtés de Porsche, il a été confirmé qu’Audi entrerait en Formule 1 plus tôt cette année lorsque le PDG de VW de l’époque a déclaré que c’était le plan pour deux de leurs plus grandes marques.

Les choses ont été un peu plus faciles pour le constructeur aux quatre anneaux que pour Porsche, Audi confirmant d’abord sa place de fournisseur de moteurs en août avant de conclure un partenariat avec Sauber en octobre pour sa propre équipe.

Selon la rumeur

Porsche – Le plan d’Audi est peut-être en plein essor, mais celui de Porsche a heurté pierre d’achoppement après pierre d’achoppement. Après l’échec d’un accord avec Red Bull dans les phases finales en raison d’un désaccord sur le contrôle, Porsche s’est de nouveau retrouvé à la recherche d’un partenaire pour poursuivre son aventure en F1.

Lorsque leur arrivée dans le sport a été initialement annoncée, ils auraient souhaité se joindre en tant que fournisseur de moteurs, mais compte tenu des revers, il reste à voir s’ils se joindront plutôt en tant que constructeur client.

Honda – Un changement de direction a amené Honda à repenser sa stratégie en matière de F1, la société japonaise étant supposée vouloir un retour au sommet de la course automobile. Étant donné qu’il est peu probable qu’ils créent leur propre équipe de travail, il est probable qu’ils fourniront des moteurs aux équipes clientes, McLaren faisant partie des parties intéressées.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *