Histoires des gros titres – SPEED SPORT

Alors que NASCAR se prépare à célébrer son 75e anniversaire tout au long de la nouvelle année, revenons sur six actualités majeures qui ont donné aux fans de course une raison de s’arrêter et de prendre note :

Oct. 31, 1965

Au cours de la première moitié de la saison de course 1965, Chrysler Corp. était dans un différend majeur avec NASCAR concernant le moteur hemi. Bill France, le fondateur de NASCAR, a interdit le moteur au début de l’année et le constructeur automobile a cessé de soutenir ses équipes d’usine.

À leur tour, Richard Petty et Petty Enterprises, l’entreprise phare de Chrysler, n’ont eu d’autre choix que de tourner leurs efforts vers les courses de dragsters. Leur Plymouth Barracuda arborait les mots “43 Jr.” et “Hors-la-loi” sur ses côtés.

Toutes les pistes courtes et superspeedways du calendrier ont signalé des ventes de billets à l’avance inférieures à la normale. Les cadres de la piste étaient dans une situation désespérée. Avec peu de fans passant par leurs tourniquets, ils ont fait face à une certaine catastrophe financière.

Richard Petit. (Photo NASCAR)

Après des discussions concernant les règles impliquant les équipes de stock car NASCAR et USAC et la poursuite des discussions avec Chrysler, le moteur hemi a de nouveau été autorisé à être utilisé à Plymouth Belvederes et Coronets sur des pistes d’un mile ou moins et des parcours routiers.

Les promoteurs de piste ont célébré les progrès mais avaient besoin d’une incitation supplémentaire, à savoir la réintégration du pilote Curtis Turner dans NASCAR. Turner avait été interdit par la France après avoir tenté d’organiser un syndicat parmi les pilotes NASCAR en 1961. Après beaucoup de persuasion, la France a permis à Turner de revenir.

Turner a appris la nouvelle lors d’une course Grand-American à Concord (NC) Speedway. Il était dans sa Lincoln Continental équipée d’un téléphone lorsque Bob Colvin, président de Darlington (SC) Raceway, lui a annoncé la nouvelle.

« Sortons d’ici », dit Turner à ses compagnons. “Ce n’est pas une piste NASCAR et à partir de maintenant, je suis légal.” Il a dit plus tard: “Je me sens comme un homme qui vient de sortir de prison.”

La nouvelle de son retour imminent a paru dans les journaux avant le 19 septembre. 6 Sud 500 à Darlington. Le bourdonnement a produit de fortes ventes de billets, mais la journée de Turner est devenue lugubre, car un roulement de roue l’a envoyé au garage plus tôt. Turner a couru deux courses dans la Ford de Junior Johnson et trois courses pour Wood Brothers Racing avant de prendre la place n ° 1. 21 Wood Brothers Ford à sa 17e et dernière victoire en NASCAR au Rockingham Speedway le 17 octobre. 31. Turner est décédé dans un accident d’avion privé le 15 octobre 2019. 4, 1970.

Nov. 25, 1968

Après 10 ans avec Chrysler sous la bannière Plymouth, Richard Petty et Petty Enterprises ont annoncé un passage à Ford en commençant par le Motor Trend 500 à Riverside (Californie) Int’l Raceway le 1er février. 1, 1969.

C’était une annonce explosive, étant donné que Lee et Richard Petty avaient apprécié toutes leurs victoires et leurs championnats avec les produits Chrysler. Jusque-là, ils avaient amassé 145 victoires et cinq titres de la NASCAR Cup Series.

“Ford possède un vaste réservoir de connaissances”, a déclaré Petty lors de la conférence de presse au complexe Petty Enterprises à Level Cross, NC “Beaucoup plus que Chrysler en a.” Le nom du jeu est l’argent… ma relation avec Ford est d’une année à l’autre. Je n’obtiendrai pas beaucoup plus d’argent qu’avec Chrysler. Mais je pense que le potentiel de gagner plus d’argent est beaucoup, beaucoup plus grand avec Ford.”

Petty a remporté 10 courses en 1969, obtenu six pôles et terminé deuxième aux points derrière David Pearson, pilote de la Holman Moody Ford. Petty est retourné chez Chrysler et a conduit des Plymouth en 1970.

janvier 1977

Après avoir conduit des Mercury pour le propriétaire de l’équipe Roger Penske en 1976, Bobby Allison a choisi d’aligner l’American Motors Corp. Matadors hors de la boutique à Hueytown, Ala.

Alors qu’il conduisait pour Penske en 1974 et 1975, Allison a remporté quatre courses de Cup Series avec la marque AMC. En 29 départs en 1977, il n’a réussi que 15 top 10. Le Matador était un outsider et un favori des fans, mais n’a pas été à la hauteur du battage médiatique qu’il a produit.

“J’avais une confiance incroyable dans le Matador et j’ai gagné plus de courses dans la voiture que n’importe quel autre pilote”, a déclaré Allison. “Quand j’ai essayé de piloter la voiture moi-même en 1977, nous n’avions tout simplement pas les performances dont nous avions besoin pour la rendre compétitive d’une semaine à l’autre. Il a très bien fonctionné pour la majorité des courses, mais inévitablement, des problèmes de moteur m’envoyaient au garage avec seulement quelques tours à faire. Nous avons travaillé jour et nuit pour en faire un succès, mais cela n’a tout simplement pas fonctionné comme nous l’espérions. Je dois dire que nous avons eu beaucoup de soutien des fans pour le Matador et j’ai apprécié cette partie de l’accord.”

2015 Nhof Curtis Turner 06
Curtis Turner. (Photo NASCAR)

8 avril 1979

L’une des histoires les plus choquantes des années 1970 est survenue deux jours après le Rebel 500 à Darlington Raceway.

Outre le fait que Darrell Waltrip et Richard Petty avaient organisé l’une des courses les plus intenses de l’histoire de la piste de 1,366 mile avec la victoire de Waltrip, le départ de David Pearson de Wood Brothers Racing a fait la une des journaux. Pearson s’est arrêté et a perdu deux roues du côté gauche au tour 302 de la course de 367 tours. Le n° de Pearson 21 Mercury a été fortement endommagé et hors course.

Au milieu de la semaine, les gros titres des journaux disaient: «Pearson viré de Wood Brothers Ride». Pearson avait remporté 43 courses en huit saisons avec l’équipe. Le propriétaire de l’équipe, Glen Wood, a appelé Neil Bonnett pour remplacer Pearson, le trouvant lors d’un test de voiture Indy à Indianapolis Motor Speedway.

Pendant des années, Pearson et les frères Wood ont profondément regretté la séparation.

“Ce n’était pas une question de pneus. Nous étions sur le point de rompre de toute façon », se souvient Pearson lors d’un podcast Scene Vault. “Nous en étions arrivés à nous disputer sur de petites choses qui n’avaient pas d’importance. C’est généralement ce qui se passe… nous (n’étions pas) en train de gagner. J’ai entendu dire qu’ils me blâmaient et j’ai aussi entendu dire qu’ils avaient dit que je (les blâmais) qu’ils obtenaient des informations de la mauvaise personne parce que je n’ai jamais rien dit sur les Wood Brothers à propos d’eux étant mauvais ou quoi que ce soit étant de leur faute ou quelque chose comme ce.

“Pour moi, ce sont les meilleures personnes pour lesquelles j’ai jamais conduit. Toute la famille est aussi gentille qu’elle pourrait l’être.”

Pearson est retourné à Darlington en septembre 1979 en tant que pilote de remplacement pour Dale Earnhardt blessé dans la Chevrolet de Rod Osterlund et a remporté le Southern 500. C’était l’histoire parfaite du retour de Cendrillon.

La 105e et dernière victoire de Pearson est survenue dans la Chevrolet de Hoss Ellington en avril 1980 à Darlington. Pearson a pris sa retraite de la conduite en compétition NASCAR en 1986. Le triple champion de la Cup Series est décédé le 17 novembre. 12, 2018.

août 16, 1981

À la fin de la saison 1981 de la NASCAR Cup Series, le champion en titre Dale Earnhardt est passé au n ° 1. 3 Pontiac aligné par le propriétaire/pilote Richard Childress.

Dr Gofas2 051616
Dale Earnhardt. (Photo NASCAR)

Le coureur de deuxième génération a quitté le No. 2 opération après friction développée entre Earnhardt et le nouveau propriétaire de l’équipe JD Stacy.

“À la fin des années 1970, je pouvais voir l’avenir venir avec (les propriétaires d’équipes) Warner Hodgdon, Rod Osterlund, MC Anderson et Harry Ranier y consacrer beaucoup d’argent”, a déclaré Childress. “J’étais habitué aux top 10, mais tout d’un coup, je me suis retrouvé 12e ou 15e et ce n’était plus amusant pour moi. Je savais que si je voulais rester dans le sport, je devais trouver un pilote pour continuer à le faire. Alors, je suis sorti de la voiture et j’y ai mis Earnhardt pendant 10 courses.”

Earnhardt a couru ailleurs en 1982 et 1983, mais est revenu au RCR en 1984 et y est resté pendant les 17 années suivantes. Il a ensuite remporté 67 de ses 76 victoires en carrière avec Childress ainsi que six de ses sept titres de la Cup Series.

Malheureusement, Earnhardt est décédé dans un accident lors du dernier tour du Daytona 500 2001.

Janvier 1985

Wood Brothers Racing était de retour dans les gros titres lorsque Kyle Petty a été signé en tant que nouveau pilote de l’équipe. L’importance de leur union était le fait que son père, sept fois champion de la Cup Series, Richard Petty, et l’ancien pilote de Wood Brothers Racing, David Pearson, avaient connu l’une des rivalités les plus légendaires du sport.

Kyle Petty a remporté sa première des huit victoires en carrière avec l’équipe de Richmond (Va.) Raceway en 1986. Petty a également remporté le Coca-Cola 600 avec l’équipe de Charlotte Motor Speedway en 1987.

« J’ai aimé conduire pour les Wood Brothers. C’est comme ça que ça a fonctionné, même avec toute l’histoire des courses entre les familles”, a déclaré Petty. “Nous avons gagné à Richmond, ce qui était fou quand Darrell Waltrip et Dale Earnhardt se sont écrasés alors qu’ils couraient pour la victoire et ont écrasé une tonne de voitures dans le processus et nous avons réussi. J’ai regardé à travers le champ intérieur et je les ai vus se détruire. C’est à quelle distance j’étais, environ la moitié d’une piste.

“Ensuite, nous avons remporté le 600 à Charlotte en 1987 avec une super voiture”, a ajouté Petty. “La drôle d’histoire là-bas, c’est que j’ai gagné la course et cette nuit-là, j’ai quitté la piste et j’ai manqué d’essence sur la I-85 à Salisbury (NC). J’ai eu un chèque du gagnant et un trophée du gagnant pour avoir remporté l’une des plus grandes courses de NASCAR, mais je n’avais pas d’essence pour rentrer à la maison. J’ai fini par me faire conduire.”

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *