Nécrologie de Kathy Whitworth | Le golf

Kathy Whitworth, décédée à l’âge de 83 ans, a remporté plus d’événements de l’US Professional Golf Association que n’importe quel golfeur, un total de 88 entre 1962 et 1985. À son apogée, entre 1965 et 1973, elle a été sept fois joueuse de l’année de la Ladies PGA, la huit fois le meilleur gagnant du circuit de la LPGA et sept fois le trophée Vare pour la meilleure moyenne de points.

Elle a été l’athlète féminine de l’année de l’Associated Press en 1965 et 1966, et en 1975, tout en jouant, a été élue au World Golf Hall of Fame. En 1981, elle est devenue la première femme à franchir la barre du million de dollars en prix. Bien qu’elle ait remporté “seulement” six tournois majeurs, au cours de ses années de pointe, il n’y avait que deux ou trois tournois désignés comme tels; depuis 2012, il y en a eu cinq. Si ses 10 victoires dans des événements non-LPGA sont incluses, ainsi que 93 places de finalistes, on peut affirmer qu’elle était aussi dominante que n’importe quel golfeur de l’histoire.

Le golf n’était pas le premier sport de Whitworth. Grande et athlétique comme une fille, elle était d’abord une joueuse de tennis talentueuse. Elle est née à Monahans, au Texas, mais a grandi à Jal, au Nouveau-Mexique, où son père, Morris Whitworth, tenait une quincaillerie. Elle jouait au tennis au lycée lorsque des coéquipiers l’ont emmenée jouer au golf, et elle a trouvé la difficulté de ce nouveau sport un défi.

Kathy Whitworth en 1965, en route vers la victoire dans l’épreuve des tenants du titre. Photographie: Archives Bettmann

Ses parents ont rejoint le country club local afin qu’elle puisse prendre des cours avec le pro du club, et sa promesse était si évidente qu’il l’a référée à Harvey Penick, un professeur professionnel renommé au Austin (Texas) Country Club. Sa mère, Dama (née Robinson), faisait les longs trajets avec elle.

En 1957, toujours âgée de 17 ans, Kathy a remporté le championnat amateur de l’État du Nouveau-Mexique ; lorsqu’elle a répété sa victoire un an plus tard, elle a abandonné l’Odessa Junior College et, après que son père, désormais maire de Jal, a organisé un syndicat pour la soutenir, a rejoint la tournée de la LPGA.

Elle a eu du mal au début et a envisagé d’arrêter, mais à la place, en 1961, elle a pris un congé pour assister à une clinique de six semaines dirigée par la cofondatrice de la LPGA, Patty Berg. Elle est revenue à la deuxième place quatre fois et, en 1962, a remporté son premier tournoi, le Kelly Girls Open (Kelly Girls était un service de secrétariat temporaire) dans le Maryland.

Sa deuxième victoire est survenue dans le Phoenix Thunderbird, par quatre coups sur Mickey Wright, alors la femme dominante du circuit, et a créé une formidable rivalité entre les deux. Whitworth a remporté son premier majeur, les Titleholders (la version féminine du Masters) en 1965, et a répété l’exploit en 1966. L’année suivante, elle a remporté l’Open de l’Ouest féminin et le championnat de la LPGA, qu’elle remporterait également en 1971 et 1975.

Intense et sujette à l’autocritique sur son jeu, elle est entrée dans une crise à la fin des années 70, ce qui l’a amenée à revenir à Penick en 1981 pour reconstruire son jeu. Les résultats ont été immédiats ; en 1982, elle a battu le record de 82 victoires de Wright, désormais à la retraite, et en 1984, elle a remporté son 85e tournoi pour battre le meilleur de 84 hommes de Sam Snead, qui a depuis été révisé à la baisse à 82 et égalé par Tiger Woods.

Six autres victoires ont suivi et Whitworth a remporté son dernier tournoi, la United Virginia Bank Classic, en 1985. Cette année-là, elle et Wright ont fait équipe dans le tournoi Legends of Golf, à partir duquel le Women’s Seniors Tour est né. Lorsque les organisateurs du tournoi ont demandé à Whitworth de faire équipe avec son ancienne rivale, elle a suggéré qu’ils demandent d’abord à Wright, sachant à quel point elle “aimait les projecteurs”. “Nous l’avons déjà fait”, ont-ils répondu, “et elle a dit qu’elle jouerait, mais seulement avec vous.” Seul duo féminin de l’événement, ils ont frappé les tees masculins, ce qui a irrité certains des pros masculins, et a terminé honorablement au milieu du peloton.

Whitworth en 1990, cinq ans après avoir remporté son dernier tournoi.
Whitworth en 1990, cinq ans après avoir remporté son dernier tournoi. Photo : Focus sur le sport/Getty Images

Whitworth a ensuite travaillé comme vice-présidente de la LPGA et, en 1990, a publié Golf for Women, écrit avec Rhonda Glenn, un guide pionnier spécifiquement destiné aux femmes. Cette année-là, elle a également été capitaine de l’équipe américaine lors de la première Solheim Cup, une version féminine de la Ryder Cup masculine, opposant les États-Unis à l’Europe. Les Américains ont gagné en Floride et Whitworth les a de nouveau commandés en 1992 lorsqu’ils ont perdu contre l’Europe à Dalmahoy en Écosse.

Déménageant à Flower Mount, au Texas, avec sa partenaire Bettye Odle, elle est restée active avec la LPGA. Elle a pris sa retraite en 2005 et a écrit en 2007 le Little Book of Golf Wisdom de Kathy Whitworth (2015, écrit avec Jay Golden), dont le titre était un hommage au Little Red Book of Golf de Penick.

Elle laisse dans le deuil Bettye.

Kathrynne Anne Whitworth, golfeuse, née le 27 septembre 1939 ; décédé le 24 décembre 2022

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *