Tommy Paul remporte le quart 100% américain, affronte ensuite Novak Djokovic

Tommy Paul a reçu beaucoup moins d’attention que son adversaire plus jeune et moins expérimenté, Ben Shelton, avant leur quart de finale américain à l’Open d’Australie.

C’était peut-être le produit de la fascination pour le Shelton sorti de nulle part : à peine 20 ans et moins d’un an après avoir remporté un titre NCAA en Floride, il voyageait pour la première fois hors des États-Unis et participait à son deuxième Grand Chelem. tournoi.

Ainsi, les grands cris entendus le plus souvent en provenance des tribunes de la Rod Laver Arena mercredi, sous le soleil qui a porté la température à 87 degrés, étaient pour l’un des deux : “Allons-y, Benny ! Allons-y !” ou “Allez, Alligators!”

“Il a fait un assez bon voyage”, a noté Paul.

L’histoire de Paul est également très bonne, et c’est celle qui continuera à Melbourne Park. Le joueur de 25 ans était une star chez les juniors et tient maintenant cette promesse chez les pros, utilisant une victoire de 7-6 (6), 6-3, 5-7, 6-4 sur Shelton pour atteindre son première demi-finale du Grand Chelem à sa 14e participation à un tournoi majeur.

“Chaque junior à pro a un chemin différent. … Le mien a été, genre, le plus lent”, a déclaré Paul, classé 35e, mentionnant un groupe d’Américains avec qui il a grandi: Taylor Fritz, Frances Tiafoe et Reilly Opelka. “J’aime penser que les quatre dernières années de ma carrière n’ont été que des étapes régulières. Je veux dire, c’est ce que j’ai ressenti. J’espère que 2023 sera l’année où je ferai vraiment un grand saut.”

En prime, la mère de Paul était dans la foule pour la plus grande victoire de sa carrière. Paul a déclaré que sa mère avait réservé un vol après avoir remporté son match de quatrième tour, puis est allée directement du travail à l’aéroport pour faire le long voyage depuis les États-Unis.

“Elle a fait beaucoup pour moi, depuis que j’étais très jeune jusqu’à maintenant. Elle a sacrifié une tonne pour que je sois ici”, a déclaré Paul. “Elle mérite d’être ici et mérite de me voir gagner de gros matchs.”

Le prochain adversaire de Paul sera Novak Djokovic, 21 fois champion du Grand Chelem en simple, qui a dominé le No. 5 têtes de série Andrey Rublev 6-1, 6-2, 6-4. Après avoir fait face à un ischio-jambier gauche inquiétant lors de ses deux premiers matches, Djokovic a été sur une bonne lancée: il a remporté ses 11 derniers sets et perdu un total de 27 matchs au cours de cette période alors qu’il poursuit un 10e championnat à Melbourne.

Ces victoires donnent confiance à Djokovic pour les demi-finales, une manche dans laquelle il n’a jamais perdu à l’Open d’Australie.

“Les deux derniers matches, jouer contre deux gars qui sont de très bons joueurs, des joueurs en forme, les battre de manière dominante en trois sets est définitivement quelque chose que je veux en ce moment, quelque chose qui envoie un message à tous mes adversaires restants dans le tirage au sort”, a déclaré Djokovic. “Avec ce genre de jeu, bien sûr, le niveau de confiance augmente.”

Après avoir fait tomber le record de Rublev en quarts de finale majeurs à 0-7 et prolongé sa propre séquence de victoires à l’Open d’Australie à 26 matchs, égalant Andre Agassi pour la plus longue course là-bas de l’ère Open, Djokovic envisageait d’affronter Paul pour la première fois.

“Je sais comment il joue. … Il existe depuis quelques années. Je l’ai beaucoup regardé jouer, surtout pendant ce tournoi. Il a probablement joué au tennis de sa vie”, a déclaré Djokovic. “Joueur très explosif, très dynamique.”

L’autre demi-finale masculine vendredi est Stefanos Tsitsipas contre Karen Khachanov. Les demi-finales féminines jeudi (3 h 30 HE) seront Victoria Azarenka vs. Elena Rybakina et Aryna Sabalenka contre. Magda Linette.

Paul a d’abord percé à l’adolescence, remportant le titre junior 2015 à Roland-Garros (battant Fritz) et se qualifiant pour la finale à Flushing Meadows cette année-là également (perdant face à Fritz). Depuis qu’il est devenu professionnel, il a remporté un trophée au niveau de la tournée, à Stockholm en 2021, et, jusqu’à cette semaine, avait atteint le quatrième tour d’un seul tournoi du Grand Chelem – à Wimbledon il y a un an.

Maintenant, Paul est le premier homme de son pays à se qualifier pour le dernier carré à Melbourne Park depuis Andy Roddick en 2009. Roddick a également été le dernier homme des États-Unis à remporter un championnat du Grand Chelem en simple, à l’US Open il y a 20 ans.

Alors que Shelton était en quelque sorte adopté par les habitants – “Les foules ont été assez incroyables. … Ils m’ont en quelque sorte traité comme l’un des leurs”, a-t-il observé – Paul n’attirait pas la même quantité d’adoration.

“J’ai été sur les courts extérieurs, à me frotter, jusqu’aux huitièmes de finale”, a déclaré Paul. “J’ai un peu volé sous le radar.”

Plus maintenant.

Basé uniquement sur le classement, Paul a offert un test beaucoup plus sévère que tous ceux que Shelton avait affrontés en Australie : ses adversaires précédents étaient classés 67e, 96e, 113e et 154e.

Paul, quant à lui, a sorti deux graines : Non. 24 Roberto Bautista Agut et No. 30 Alejandro Davidovitch Fokina.

Dans le premier quart de finale du Grand Chelem entre deux hommes américains depuis 2007, lorsque Roddick a battu Mardy Fish à Melbourne, Paul s’est généralement contenté de bloquer les gros services gauchers qui continuaient de venir de Shelton, puis de faire ce qu’il pouvait pour prendre le dessus sur le dos et -va-et-vient.

Paul était plus stable que spectaculaire, limitant ses erreurs avec des élans compacts des deux ailes.

“Extrêmement solide depuis la ligne de base”, a déclaré Shelton. “Il a fait un excellent travail pour me déplacer sur le terrain, me gardant hors d’équilibre.”

Ils ont partagé un moment léger lorsque l’entraîneur de Paul, Brad Stine, lui a dit de chercher un service sur le “T” du côté publicitaire du terrain. Shelton a remarqué l’échange et a donné un large coup de pied à son service, laissant Paul hors de position et sans aucune chance d’atteindre l’as. Les deux joueurs ont souri.

Shelton a breaké deux fois en fin de troisième pour voler ce set et a crié: “Ouais!” alors qu’il levait son poing gauche puis pointait son oreille avec son index droit, comme s’il disait à la foule : “Laissez-moi vous entendre !”

Peut-être que Shelton s’est un peu détendu là-bas, car il a mal commencé le set suivant, faisant deux doubles fautes de suite, puis manquant un revers pour offrir un break à Paul.

Bientôt, ce fut Paul qui laissa échapper un cri de joie – “Allons-y!” – après le dernier point, puis rencontrant Shelton au filet pour un câlin chaleureux.

Matt Walsh d’ESPN et l’Associated Press ont contribué à ce rapport.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *